L’Ours et Une Demande en mariage

L’Ours et Une Demande en mariage

Deux pièces d’Anton Tchekhov

L’Ours

« Depuis la mort de son mari, un an plus tôt, une veuve refuse de sortir et se considère aussi morte que feu son bien-aimé mari. Surgit un ancien officier d’artillerie, qui s’introduit chez elle malgré son refus de recevoir, afin de recouvrer les douze cents roubles que le défunt lui devait. Entre la délicate veuve et le très énergique officier, c’est l’incompréhension totale, jusqu’à ce que la virilité débordante de l’ancien officier réveille chez la veuve des désirs qu’elle croyait enfouis à jamais. »
Ecrite en février 1888 dans un moment de désœuvrement, « L’Ours » est dédié à N.N. Solovtsov, un acteur, ami de Tchekhov ; en effet, c’est en le voyant jouer une adaptation russe d’un vaudeville de Pierre Berton, « Les Jurons de Cadillac », où Solovtsov interprétait le rôle d’un marin à la voix tonitruante, molesté par une petite dame, que Tchekhov eut l’idée de cette pièce en un acte.
Dès la première représentation, le 28 octobre 1888, elle connut un succès qui ne devait jamais se démentir. Elle fut si souvent jouée, et dans tant de villes de Russie que Tchekhov en plaisantait. Traversant la Russie pour se rendre à Sakhaline, en 1890, il ne cessait de voir des affiches annonçant des représentations de « L’Ours ».
Tolstoï, qui, pourtant, n’appréciait pas trop le théâtre de Tchekhov, ne manquait aucune occasion de la voir jouer et riait chaque fois aux larmes.

Une Demande en mariage

« Lomov », un jeune propriétaire visiblement en bonne santé mais hypocondriaque à l’excès, se présente chez un voisin, pour demander sa fille en mariage. Mais la demande dégénère en chicane. L’une s’emporte, l’autre est pris de malaises successifs. Entre les colères et les évanouissements, la promesse finit tout de même par trouver une place.
« Une Demande en mariage » a été écrite en octobre 1888, au moment où le succès rencontré par « L’Ours » incitait Tchekhov à céder à son goût pour les plaisanteries en un acte inspirées du vaudeville. Le 23 décembre 1888, il annonce à Souvorine, son éditeur, qu’il pourrait bien gagner sa vie de cette façon-là ; « Je crois que je pourrais en écrire une centaine par an, écrit-il, les sujets jaillissent de moi comme le pétrole à Bakou. »
« Une demande en mariage » fut représentée pour la première fois en avril 1889 à Saint-Pétersbourg et publiée dans un journal, puis dans un recueil de pièces de Tchekhov et enfin dans ses Œuvres, avec quelques modifications. Comme « L’Ours », elle devait connaître un succès immédiat, valant même à son auteur les éloges du tsar Alexandre III qui avait pu la voir au Palais d’été.

Durée : 75 min
Distribution : mise en scène d’Olivier Costa
Comédiens : Clarisse Buret – Olivier Costa – Clément Baudry – Mathieu Loiseau

Traitement : théâtre