Le grenier à histoires

Le grenier à histoires

« Le Grenier à histoires » se veut un récit qui fait aimer les livres, parce que l’héroïne vit une aventure exaltante grâce aux souvenirs que ses albums de petite fille lui remettent en mémoire. C’est parce que chaque livre qu’elle retrouve y est resté gravé, avec tout l’univers qu’il véhicule, qu’elle peut, devant nous, ré-explorer des mondes extraordinaires et voyager à travers l’espace et le temps.

L’histoire…

Une maman et un papa sont venus voir ses parents à elle, qui envisagent de déménager pour un appartement plus fonctionnel. Il va falloir penser à vider la maison de son enfance, celle d’avant qu’elle ne soit maman. Avant de partir, elle monte au grenier pour évaluer l’étendue du travail. Là-haut, c’est plein de toiles d’araignées, de poussière, de cartons, « de vieux trucs d’il y a longtemps », comme le dit si bien le papa ! Il y a même les meubles de sa chambre de petite fille, le petit lit en bois coloré, un portemanteau habillé de draps pour protéger quelques costumes, le bureau, quelques jeux… que de souvenirs qui surgissent ! Un peu émue, elle farfouille dans les cartons, et tombe sur ses livres d’enfants.

Et c’est là que l’histoire commence vraiment, parce qu’à chaque livre qu’elle exhume, elle se souvient combien toutes ces histoires l’ont enchantée, elle se rappelle les aventures que ces albums lui ont permis de vivre dans les mondes imaginaires qu’ils ont mis à sa portée, les émotions qu’ils lui ont procurées, les interrogations qu’ils ont soulevées, et comment finalement, ils l’ont aidée à grandir : « Le magicien d’Oz », « Alice au pays des merveilles », « Peter Pan », et aussi Kipling, Alphonse Daudet, Stevenson… et tous les autres.
Chaque livre redécouvert, elle en retrouve la magie, l’extraordinaire, les frayeurs, les joies, l’exaltation… face à un conjoint un peu plus pragmatique et surtout plus « connecté », téléphone portable toujours en main, qui essaie de lui faire écourter cette séquence nostalgie, persuadé qu’il est de l’obsolescence des livres.
Pourtant, lui aussi se fera happer, au détour d’une histoire…
Âge : à partir de 5/6 ans (adaptable aux maternelles)
Durée : 60 min
Traitement : théâtre, musique, contes, jeux d’ombres, marionnettes
Distribution : mise en scène d’Olivier Costa
Comédiens : Clarisse Buret – Olivier Costa